Etude environnementale concernant le PAP « Schoettermarial » dans le nouveau PAG

Le SILK a, par observation sur le site « Schoettermarial », remarqué qu’une étude scientifique était en cours de réalisation.  Il a par la suite demandé, par courrier du 25 mai 2018 auprès du MDDI Ministre de l’Environnement, des informations sur cette éventuelle étude environnementale sur ce site.

Par courrier du 8 juin 2018, le SILK a été informé par la Ministre de l’Environnement, qu’ « Après concertation avec mes services, le propriétaire du terrain, la firme Soludec a mandaté le bureau d’études Luxplan, expert en la matière, pour coordonner en 2018 une étude de terrain concernant certaines espèces protégées ».

Par courrier du 10 juillet 2018, Le SILK a demandé à la Ministre de lui transmettre une copie de cette étude, dès qu’elle sera terminée.

Par courrier du 27 juillet 2018, le SILK rappela à la société Luxplan, en charge de ces études, que les « nids à muscardins » posés pour le recensement de cette population avaient été vandalisés et étaient par conséquent inefficaces, information qui avait déjà été communiquée par le SILK en mai 2018, mais sans réaction apparente de la part du bureau d’étude.

Par courrier du 19 octobre 2018, le SILK, ayant pris connaissance que les études environnementales sur le site « Schoettermarial » étaient terminées, sollicita auprès de la Ministre de l’Environnement, la communication de tous les rapports environnementaux réalisés jusqu’à présent sur le site.

Finalement et après bien de tergiversations, le SILK a réussi d’avoir par courriel du 31 janvier 2019, l’étude environnementale, intitulée : « PAP Schoettermarial, Maßnahmenkonzept, Artenschutz ».

Le répertoriage des espèces se concentre presque exclusivement sur la population de la Coronelle lisse (Schlingnatter).  M. PROESS du bureau d’études ECOTOP y a pu documenter, sur la période d’une année, la présence de 25 exemplaires, dont jeunes et adultes.  Compte tenu de la présence d’un si grand nombre sur cette surface, on peut en déduire une population importante, qui se reproduit sur le site.  L’espèce bénéficie de la plus grande protection, tant au niveau national qu’Européen.

En ce qui concerne les autres espèces recensées par MILVUS, tel que l’avifaune, les chiroptères, les muscardins, les lépidoptères, les insectes, la flore en général, le conseil d’administration du SILK est d’avis que l’étude est soit incomplète, soit inexistante.

Le restant du rapport décrit presque exclusivement la technique pour déloger la Coronelle lisse, en vue de la construction de 4 immeubles tours pour 150 logements.  MILVUS postule que les constructions projetées ne feraient pas de tort aux autres espèces vivant dans ce biotope de pelouse sèche.  Or, avant toute action concrète sur le terrain, l’accord de la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement Durable est nécessaire.

Le conseil d’administration du SILK est d’avis que la réduction de la moitié du biotope, pourrait faire basculer la surface critique de survie des espèces et faire collaborer tout le système écologique.  De même le rapport ne mentionne à aucun moment une zone tampon de transition entre les constructions projetée et les biotopes.

Il est évident que pour tout écosystème qu’il s’agit de garder, il sera impératif de faire des investigations périodiques en vue d’enlever la prolifération de toute végétation intempestive.

Par son courrier du 25 février, le SILK a fait part de ses observations à Madame la Ministre de l’environnement, du Climat et du Développement durable. Le SILK lui a suggéré de bien vouloir reporter toute décision d’autorisation, le temps d’être en possession d’une étude complète, permettant d’évaluer les incidences de l’urbanisation sur la biodiversité environnante de ce site exceptionnel.

Wespen und Bienen der Flur Schëttermarjal auf dem Kirchberg-Plateau in Luxemburg-Weimerskirch

Schettermarjal Gutachten Uni Köln

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close